Selim Aïssel, un Maître spirituel

Les idées, les avis, les descriptions, les pensées, les points de vue ne peuvent être que très partiels, fragmentés, très subjectifs et relatifs. Si j’avais dû décrire Selim Aïssel il y a vingt ans, lorsque je l’ai rencontré, j’aurais dit que c’était un homme impressionnant : sérieux et réservé, presque inaccessible, avec beaucoup de savoir et des connaissances que je ne trouvais nulle part ailleurs.

 

Dans ses conférences, il développait de grandes idées qui me touchaient et bouleversaient mes propres façons de penser : ce n’était pas très confortable, car cela remettait en cause certaines de mes croyances sur les choses, les situations, les êtres que je côtoyais. Par moments, je ne comprenais pas, parce que c’était l’inverse de ce que j’avais appris ; c’était parfois tellement différent de ce que j’avais entendu auparavant que j’avais du mal à l’appréhender. D’autres fois, je sortais de ses conférences ou de ses entretiens et je ne pouvais rien dire de ce qui avait été enseigné ! Pourtant, j’écoutais, je regardais et je n’avais de cesse de revenir écouter, regarder, entendre, encore et encore...

 

Lorsqu’il marchait, il était droit, ses pas étaient posés sur le sol, comme si chaque pied s’ancrait dans la terre mais avec beaucoup de délicatesse, comme si chaque déplacement était une danse subtile, non démonstrative : je compris plus tard que c’était cela, l’effet de la présence, ou de la conscience, ce qu’il nomme l’attention consciente dans la présence, la «pleine conscience» des méditants.

 

A travers mon cheminement personnel, j’ai appris à découvrir progressivement en Selim Aïssel l’un de ces hommes « remarquables », comme les nomme Gurdjieff. Ce que je peux dire aujourd’hui de Selim Aïssel après vingt ans de côtoiement, d’observation, d’intérêt, de valorisation pour comprendre ce qu’il enseigne, mais surtout «sa façon d’enseigner», c’est qu’il est un homme bon, un homme au grand coeur ; un être humain «pas comme les autres», l’un des maîtres de sagesse.

 

Auprès de lui, tout est vivant et tout reprend vie. Les personnes sont reconnues pour ce qu’elles sont, les choses retrouvent leur sens, leur utilité et chaque situation est une leçon de vie ; rien n’est mis de côté, tout est utilisé pour observer, comprendre, se connaître et éclairer ce qui doit l’être, afin d’avancer et de progresser. Selim Aïssel est un maître spirituel qui sacrifie sa vie et donne sa vie, son Enseignement de l’Etre, la Psycho-Anthropologie, à celui qui peut et veut l’entendre.

 

Toute personne à la recherche d’elle-même qui veut aller au-delà des apparences ou de ses souffrances, qui veut comprendre soi, les autres et le sens de sa vie, peut venir s’abreuver à cette source.

Luce van Rittem 
Maître du Samadeva